Accueil Portraits de producteur Ces producteurs qui ont changé de vie

Portraits de producteur

Ces producteurs qui ont changé de vie




LAURENCE ET JEAN HAGER, LES AMANDES DU MONT BOUQUET


Laurence et Jean Hager sont alsaciens. Jusqu’à ce qu’ils décident de changer de vie, Laurence était préparatrice en pharmacie à Mulhouse, et Jean travaillait dans une société pétrolière. Tout commence en 1995… À la suite d’un accident de travail, Jean prend quelques jours de repos dans le Gard avec Laurence : ils découvrent alors l’existence d’un verger rare en France, celui de l’amandier, beaucoup plus développé au Maghreb. Jean, qui a toujours été attiré par le monde agricole (il a fait des études dans ce milieu !), n’a pas de mal à convaincre Laurence, et quelques mois plus tard, les voilà installés dans le sud, acquéreurs de 3 hectares de terres sur lesquelles ils plantent des amandiers. S’ensuit avec leur culture un véritable challenge, car 95 % de la consommation d’amande en France est importée ! En 1998, ils commencent à transformer leur production, et en 2000, ils se diversifient, en plantant 5 hectares d’oliviers.

Cela fait 14 ans que Laurence et Jean ont rejoint Pari Fermier, et aujourd’hui, les autres producteurs de l’association sont comme une famille, « la famille des fermiers » ! Car Pari Fermier, c’est une étique et un label : « nous ne somme pas des revendeurs, mais des producteurs derrière notre stand, seuls avec notre sincérité ». Sur les salons, ils vendent avec passion amandes et olives, ainsi tout un panel de produits transformés : amandes en poudre, effilées, émondées, grillées salées, « amandise » (une pâte à tartiner aux éclats d’amandes so delicious !), huile d’olive, croquants, « pécoules » aux amandes et au chocolat … Leurs produits sont naturels, fabriqués sans OGM ni huile de palme. Et pour récompenser leurs efforts, le ministère de l’Agriculture vient de leur décerner le Prix National de la Dynamique Agricole ! 


 




ANNE-CATHERINE BONVALOT, L’ESCARGOTIERE BONVALOT


Anne-Catherine Bonvalot a fait des études d’horticulture. Originaire du Doubs, c’est une citadine qui aime la campagne ! Après avoir exercé dix ans en Touraine en tant que paysagiste, la vie d’Anne-Catherine prend un tournant au début des années 1990 quand elle décide de tout quitter pour devenir hélicicultrice dans le Jura… Elle emmène ses deux jeunes enfants et s’installe alors au Petit-Mercey. Toute passionnée de gastronomie qu’elle est, elle commence à potasser les bouquins de cuisine afin d’avoir une idée de ce qui peut être concocté d’original et de savoureux avec des escargots … Mais pourquoi avoir choisi l’escargot ? Parce qu’elle n’est pas fille d’agriculteurs, et ne possède alors aucune terre… Anne-Catherine a donc acquis un hectare de terre, et a construit ses bâtiments et son atelier agro-alimentaire de toute pièce !
Au cœur de la Franche-Comté, Anne-Catherine a appris avec courage son nouveau métier : elle élève durant six mois ses escargots fermiers (espèces « Petit Gris » et « Gros Gris ») en plein air, dans des parcs enherbés par une flore sauvage et naturelle… Après leur récolte, les escargots sont transformés en laboratoire aux normes européennes, et cuisinés selon ses propres recettes ou celle de son terroir ! Testez sur les salons Pari Fermier le savoureux sauté d’escargots aux girolles et à la crème de vin jaune, l’onctueuse soupe d’escargot curry et crème de coco, ou encore la cassolette d’escargot au savagnin et aux noisettes !


 


 



JACQUES CHARMETANT, CAROLINE ET JACQUES CHARMETANT
Jacques Charmetant a travaillé pendant une dizaine d’années en tant que cadre dans l’industrie alimentaire : « Ca marchait bien mais sans passion »… Son dernier poste, la direction d’une petite entreprise qui faisait du malt, a achevé de l’écœurer : comme l’affaire fonctionnait mal, il fut chargé de remercier les salariés… Dès lors, ce fut comme une évidence : il fallait qu’il change de vie ! C’est son épouse Caroline qui formule un jour l’un de ses vieux rêves : « pourquoi tu ne serais pas vigneron dans le Beaujolais ? ». Sans le soutien de sa femme, jamais Jacques n’aurait eu le culot de tout plaquer ; mais à deux, on est plus forts ! Après avoir obtenu son licenciement, Jacques entame une formation pour adulte en viticulture, qui lui apporte les bases nécessaires pour se lancer dans son projet. Puis, après quelques prospections, ils achètent une maison à Pommiers et louent quelques terres dans le Beaujolais pour démarrer leur activité. De fil en aiguille, ils ont acheté des terres, planté leurs propres plans de vignes en Beaujolais Rouge et Blanc…
En 2002, c’est le début de l’aventure Pari Fermier : « Jamais je n’ai retrouvé cet esprit, cette atmosphère… Jamais je ne me suis senti aussi à l’aise au milieu de cette grande famille de producteurs entiers et sincères ! ». C’est à l’occasion des salons Pari Fermier que son exploitation prend un tournant : il sympathise avec deux clients, originaires de Gaillac, passionnés par la vigne et l’œnologie… Désireux d’acquérir des vignes dans le Beaujolais, ils proposent à Jacques de leur trouver des terres, et de devenir leur fermier : Jacques leur a alors déniché deux parcelles de vignes en Côte de Brouilly à 25 kms de Pommiers. Et comme au Moyen Âge, ce fermage se règle en nature, car Jacques paie ses propriétaires... en bouteilles !!
Sur les salons, il vous fera goûter ses Beaujolais Blanc et Rouge (jeunes et de garde), son Cru Côte de Brouilly, mais encore un Blanc Moelleux, ainsi qu’un Pétillant de Chardonnay (cuvée « Bulles de charme ») !
 


 



ETIENNE GODARD, LA FERME AVICOLE DES GRANDS CHAMPS
Né en 1958 d’un père hollandais et d’une mère belge qui se sont installés en France un an avant sa naissance, Etienne Godart, père de quatre enfants, n’est pas comme tout le monde : sa vie sort des sentiers battus ! Car Etienne Godart mène depuis longtemps une double vie : « la moto d’un côté, le poulet de l’autre ! » : il partage son temps entre sa passion pour la moto, et son métier qu’il affectionne, l’aviculture.
Dans la famille d’Etienne, l’aviculture est un métier que l’on pratique de père en fils depuis 1928 ! Lui est devenu éleveur de volatiles en 1984, et a repris la ferme de son père en 1989. Aujourd’hui, la ferme des Grands Champs, située à la Roche Chalais au cœur de la Dordogne, s’étend sur 30 hectares au milieu des bois et sur 6000m² de bâtiments. Y sont élevés des volailles (du poulet à l’autruche !) de qualité fermière et vendues en direct depuis plus de 40 ans, avant que cela ne devienne une « mode » depuis quelques années !
À côté de son métier, Etienne vit sa passion depuis près de 40 ans ! Il est devenu fou de moto au début des années 1970, et depuis il ne s’en est plus lassé ! À son palmarès, des dizaines de courses réalisées sous les couleurs du Ducati Club de France, comme, pour ne citer qu’elles, les Vingt-Quatre Heures du Mans ou le Bol d’or…
Aujourd’hui, s’il est « l’éleveur de poulet de la moto », il est aussi le motard le plus célèbre parmi les producteurs de Pari Fermier ! Il a rejoint la grande famille en 1996, un peu par hasard, après avoir lu un article dans un journal : le coup de foudre a été immédiat ! Il est tombé sous le charme de l’ambiance avec les producteurs et les clients venus chercher le poulet de leur enfance ! Car vous l’aurez deviné, Etienne Godard est quelqu’un d’entier, quelqu’un de passionné : il se sent si bien sur les salons et marchés Pari Fermier qu’il serait incapable de travailler à côté de revendeurs, qu’il méprise parfois. Car n’est pas producteur qui veut, c’est un véritable métier !
 

Historique

Portraits de producteur

 

Réseaux
sociaux

Facebook Twitter

Inscription
newsletter

Newsletter

Nous
contacter

Contact

Les Blogs et
partenaires

Partenaires